Le monde en images

On termine le dîner


Chargement du vidéo
Voter pour ce média
Soyez la première personne à voter pour ce média

551 consultation(s)1 téléchargement(s)


Afficher/Cacher les commentaires  Commentaires

On termine le dîner

Josée, la responsable du service de garde, ramasse les couvertures qui ont servi au pique-nique pour le dîner. Il est important de tout ramasser avant de faire autre chose, sinon on est vite débordé et la corvée devient insurmontable. Et s'il pleuvait, soudainement? Mieux vaut ramasser des couvertures sèches que détrempées, non? L'éducatrice peut aussi demander l'aide des enfants pour tout ramasser. Certains enfants aiment rendre service, ils se sentent utiles et appréciés. D'autres peuvent y voir un jeu. Le fait d'effectuer des tâches les responsabilise. Josée avise aussi les enfants que lorsque tout sera ramassé, ils iront faire une marche dans la forêt. Il est utile de sensibiliser les enfants à la planification du temps alloué aux différentes activités à l'aide de repères. Même s'ils ne connaissent pas tous l'heure, ils savent ce qu'ils ont à faire et ce qu'ils auront la chance de faire après. Cette façon de terminer une activité et de les préparer à la suivante insuffle un rythme à tous les membres de la petite collectivité. Ici, ils doivent tous finir de manger avant d'aller en promenade en forêt.

Le service de garde Le petit monde de Bernadette est situé à proximité d'une forêt magnifique, un site enchanteur que les enfants et les éducatrices apprécient. Utiliser les ressources du milieu ainsi est une intervention à privilégier. Les coûts sont limités : il n'y a pas de transport scolaire à fournir, le déplacement se fait à pied. La proximité des lieux peut permettre d'y aller régulièrement. Les enfants qui sont du quartier peuvent y retourner en tout temps avec leurs parents. Josée orchestre tout son monde. « Clémence, viens t'asseoir sur le banc pour finir de manger. Catherine, t'as-tu chaud avec tes collants? C'est pour les bébés, on veut même pas que les petits embarquent là-dessus?». Plusieurs enfants, plusieurs interventions bien articulées. La dernière concerne les bénévoles; ils doivent donner l'exemple aux enfants. « Les boys, non! », lance Josée aux garçons qui se chamaillent et chahutent ensemble. Les jeux brusques font partie de l'enfance, particulièrement chez les garçons. C'est une sorte d'interaction qui implique un contact physique. Il y a plusieurs avantages pour les enfants à se tirailler : d'abord, cela leur permet de mesurer leur force, leur limite, de prendre conscience de leur corps. C'est aussi un moyen de s'extérioriser, de réduire le stress, et en plus, c'est tellement amusant. Pour les enfants timides ou plus vieux, se chamailler permet de se rapprocher d'un copain. Une marque d'affection. Mais pour que la chamaille soit faite en toute sécurité et que cela ne se transforme pas en pleurs, il faut établir des règles. Il y en a quatre : l'endroit où l'on peut se chamailler, de quelle manière on peut arrêter le jeu, tout le monde ou non peut gagner, et surtout, pas d'accessoires ni d'armes. En respectant ces consignes et en jetant un coup d'oeil régulier sur le jeu, l'éducatrice peut accepter ce genre d'affrontement entre les garçons. Josée utilise l'humour pour taquiner les enfants et leur changer les idées. « Je vais vous sortir les barbies là! » Les enfants répliquent en embarquant dans sa blague. Finalement, elle propose aux garçons de jouer à sauter dans les sacs de jute. C'est une façon de leur changer les idées, de les diriger vers une autre activité, bref, de faire diversion.

Caméraman : Guillaume Tremblay


Localisation : Le petit monde de Bernadette, école Sainte-Bernadette, Saguenay
Date : 2006
Auteur : Josée Beaumont Visionner sa collection
Ayant droit : CCDMD
Catégorie : Pédagogie
Numéro : 89499

Afficher les mots-clés  Mots-clés Afficher les mots-clés  ALBUM CONTENANT CE MÉDIA Afficher/Cacher les informations techniques  Informations techniques