Le monde en images

Une section d'un encroûtement


(Auteur: Michel Hoffert )
Voter pour ce média
Soyez la première personne à voter pour ce média

988 consultation(s)0 téléchargement(s)


Afficher/Cacher les commentaires  Commentaires

Une section d'un encroûtement

L'encroûtement dans lequel a été effectuée une section provient d'une plaque d'environ 90 x 40 x 12 centimètres prélevée vers 1 000 mètres de profondeur. Un noyau ocre de forme irrégulière associé à des plages blanches est entièrement recouvert d'un cortex ferromanganésifère de 2 à 3 centimètres d'épaisseur. L'étude détaillée de cette section montre que l'ensemble de l'encroûtement est en fait un « enregistrement » de l'histoire géologique depuis l'Eocène moyen (45 Ma). En effet, le noyau ocre est un calcaire à organismes marins fossiles qui indiquent à la fois un milieu de dépôt très peu profond (néritique), lagunaire et un âge Lutétien (45 à 40 Ma). Ce calcaire a été induré, puis a subi une érosion sous-marine ainsi que le prouvent à la fois son aspect irrégulier et la présence de cavités. Ces dernières ont été partiellement remplies (plages blanches) par un calcaire contenant des organismes de milieux plus profonds (pélagiques) datés du Miocène supérieur au Pliocène (environ 10 à 5 Ma). Il y a donc, en même temps que l'érosion sous-marine, un approfondissement de l'endroit où s'est formé le cœur, puis une nouvelle sédimentation. Ultérieurement s'est mis en place le cortex ferromanganésifère, ce qui implique à nouveau un arrêt de sédimentation et une modification de l'environnement sédimentaire.

L'étude détaillée de ce cortex montre en plus qu'il s'est formé au moins en deux temps et qu'il comprend en fait une couche interne et une couche externe (cela est décelable sur la partie supérieure de l'encroûtement). Enfin, il semble que la partie externe de la croûte continue de croître actuellement. C'est également cette partie qui est la plus riche en cobalt (jusqu'à 2 %). Ainsi, une notion nouvelle se fait jour. Nodules et encroûtements ferromanganésifères sont des témoins privilégiés, par leur croissance lente et discontinue, de l'histoire géologique de la partie des fonds océaniques où on les trouve.

Dans le cas de l'encroûtement observé, cette histoire a pu être précisée grâce aux études géologiques faites sur son lieu de prélèvement.



Date : 1987
Auteur : Michel Hoffert Visionner sa collection
Ayant droit : Département de géographie de l'Université Laval
Catégorie : Divers
Numéro : 80303

Afficher les mots-clés  Mots-clés Afficher les mots-clés  ALBUMS CONTENANT CE MÉDIA Afficher/Cacher les informations techniques  Informations techniques