Le monde en images

Une économie contrastée : le " ...


(Auteur: Jean-Claude Friguet )
Voter pour ce média
Soyez la première personne à voter pour ce média

3735 consultation(s)16 téléchargement(s)


Afficher/Cacher les commentaires  Commentaires

Une économie contrastée : le « stop and go »

Pendant plus de 30 ans, l'économie du Royaume-Uni a connu des phases d'expansion (« go ») et des phases de récession (« stop ») qui sont ici retracées dans l'évolution de la balance des paiements courants.

Pour agir sur le déficit de cette balance, le gouvernement cherche à réduire celui du commerce extérieur en pratiquant une politique déflationniste (impôts, argent cher, économie budgétaire...); la monnaie y gagne mais faute d'une hausse des exportations, et en présence d'une baisse de la demande, la production diminue, le chômage s'accroît. Pour passer de ce « stop » au « go », il suffit d'inverser les termes précédents mais, en l'absence de réformes profondes, le déficit commercial et l'inflation recommencent et le gouvernement revient au « stop »... Depuis 1979, la « dame de fer » veut rompre avec cette... habitude en s'efforçant de maintenir la demande tout en luttant contre l'inflation. L'excédent de la balance des paiements courants – dû surtout à la vente du pétrole – favorise la réalisation d'une telle politique. Conséquence : la croissance du produit intérieur brut est une des plus faibles de l'OCDE, elle fut même négative certaines années. De 1980 à 1982, le PIB a diminué de 5 %, alors que dans les autres pays de l'OCDE il augmentait de 2 %. Si, dans cette évolution, les gouvernements ont une part de responsabilité par leur politique saccadée, le patronat britannique a peu investi dans l'appareil productif national : ainsi, en comparaison de la France et de la RFA, la part de l'investissement dans le PIB apparaît toujours en retrait au Royaume-Uni même si les différences s'estompent quelque peu. Érosion du taux de rentabilité, peur de s'endetter, faible plus-value à la suite de la modernisation des installations, privilège donné à la gestion financière plutôt qu'à des projets industriels, résistances et blocages de la part des syndicats, autant de bonnes raisons aux yeux du patronat britannique pour justifier des placements improductifs, surtout l'investissement et l'implantation à l'étranger.


Localisation : Royaume-Uni
Voir sur la carte
Date : 1983
Auteur : Jean-Claude Friguet Visionner sa collection
Ayant droit : Département de géographie de l'Université Laval
Catégorie : Société
Numéro : 80255

Afficher les mots-clés  Mots-clés Afficher les mots-clés  ALBUMS CONTENANT CE MÉDIA Afficher/Cacher les informations techniques  Informations techniques