Le monde en images

Langage expressif de 14 à 15 mois


Chargement du vidéo
Voter pour ce média
Soyez la première personne à voter pour ce média

7685 consultation(s)61 téléchargement(s)


Afficher/Cacher les commentaires  Commentaires

Langage expressif de 14 à 15 mois

Le langage comprend deux facettes. La première est le langage réceptif ou la compréhension des mots. La deuxième est le langage expressif ou la production des mots. Le langage réceptif précède le langage expressif. Autrement dit, l’enfant comprend les mots avant d’avoir la capacité de les produire (Boyd et Bee, 2017; Bouchard, 2008; Daviault, 2011; Papalia et Martorell, 2018). Pour plus d'informations, voir le texte théorique Développement du langage : facettes et composantes.

Les bébés commencent à produire leurs premiers mots vers l’âge de 12 mois (Bouchard, 2008; Daviault, 2011; Papalia et Martorell, 2018). À partir de ce moment, le lexique de l’enfant grossit assez lentement. Il faut quelques mois pour que l’enfant arrive à un lexique de 50 mots, en moyenne vers l’âge de 16-17 mois. Les premiers mots sont souvent des noms de proches, d’animaux, d’objets que les enfants  peuvent manipuler. Même si on y trouve une majorité de noms, il y a aussi des verbes, (exemple : « Fini! ») liés aux routines. (Karmiloff et Karmiloff-Smith, 2003). 

Bien qu’au départ le bébé emploie un mot à la fois pour s’exprimer, ces mots isolés, de façon pragmatique, peuvent avoir une fonction plus large que d’exprimer seulement leur sens littéral. Par exemple, ils sont utilisés comme protodéclaratifs ou proto-impératifs (Karmiloff et Karmiloff-Smith, 2003) : dire le mot « balle » à un adulte peut vouloir dire « regarde, une balle » ou « donne-moi la balle ». On utilise le terme « holophrase » pour désigner des mots isolés qui sont utilisés comme s’ils constituaient toute une phrase (Bouchard, 2008). Souvent, l’enfant utilise son intonation et des gestes pour enrichir le sens de ces mots (Otto, 2006). Le phénomène opposé se produit aussi, certaines expressions de deux ou trois mots sont utilisées comme un tout (exemple : « est là ») : les mots ne sont jamais employés séparément.

Pour terminer, la lecture de livre s’inscrit souvent dans une routine, où l’enfant reconnait les éléments du livre et produit les sons ou les mots qui y correspondent. Cette activité favorise le développement du langage de plusieurs façons. Elle permet de pratiquer les tours de parole, car l’adulte pose une question et attend la réponse, ou réagit à ce que dit ou montre l’enfant. Elle est aussi un moyen efficace pour augmenter le vocabulaire de l’enfant, car les choses sont systématiquement nommées. Lorsque les adultes participent à une activité de lecture avec leur bébé, ils adaptent le niveau de langage à la capacité de compréhension de l’enfant, parfois en simplifiant ce qui est écrit dans le livre. Ils utilisent aussi le pointage et les contacts visuels avec l’enfant pour s’assurer d’une attention conjointe au même mot ou à la même illustration (Otto, 2006; Tremblay, Bigras et Veillette, 2009). Pour plus de détails, voir le texte Développement du langage de 0 à 2 ans.

Dans la première partie de la vidéo, Constance a 14 mois. On la voit nommer une partie de son corps « nez » en touchant celui de sa mère. Elle utilise aussi un verbe, « tomber », qu'elle a probablement souvent entendu prononcer. Elle utilise également un protomot « nene » tout en pointant pour récupérer sa suce. À une occasion, elle dit « maman » avec une intonation qui laisse entendre qu'elle voudrait que sa mère vienne la chercher en haut d'un escalier. C'est un bon exemple d'holophrase et de proto-impératif : ce « maman » semble vouloir dire « viens me chercher, maman ».

Puis, à 15 mois, Constance est engagée dans une activité de lecture de livre avec une adulte. Ce livre est déjà bien connu de l'enfant. Plusieurs éléments seront nommés et pointés par l'enfant. L'adulte répète ce que l'enfant dit, comme pour lui confirmer que sa réponse est exacte. On remarque aussi que cette activité prend la forme d'une conversation : l'adulte et l'enfant parlent à tour de rôle et en fonction de ce que l'autre vient de faire. Des objets courants sont nommés au cours de l'activité. 

Références  

Bouchard, C. (2008). Je communique : le développement du langage et de la littéracie de 0 à 3 ans. Dans C. Bouchard (dir.) et N. Fréchette (collab.), Le développement global de l’enfant de 0 à 5 ans en contextes éducatifs. Québec, Québec : Les Presses de l’Université du Québec.

Boyd, D. et Bee, H. (2017). Les âges de la vie (5e éd.). Saint-Laurent, Québec : ERPI.

Daviault, D. (2011). L’émergence et le développement du langage chez l’enfant. Montréal, Québec : Chenelière éducation.

Karmiloff, K. et Karmiloff-Smith, A. (2003). Comment les enfants entrent dans le langage. Paris, France : Éditions RETZ.

Otto, B. (2006). Language development in early childhood (2e éd.). Colombus, OH : Pearson Merrill Prentice Hall.

Papalia, D. E. et Martorell, G. (2018). Psychologie du développement de l’enfant (9e éd.). Montréal, Québec : Chenelière Éducation.

Tremblay, M., Bigras, N. et Veillette, S. (2009) « Littératie familiale et stimulation du langage entre 0 et 24 mois ». Dans A. Charron, C. Bouchard et G. Cantin (dir.),


Localisation : Montréal
Voir sur la carte
Auteur : Nathalie Fréchette Visionner sa collection
Ayant droit : CCDMD
Catégorie : Pédagogie
Numéro : 61989

Afficher les mots-clés  Mots-clés Afficher les mots-clés  ALBUM CONTENANT CE MÉDIA Afficher/Cacher les informations techniques  Informations techniques