Le monde en images

La nébuleuse du Coeur (IC1805), une ...


Voter pour ce média
3 votes

371 consultation(s)1 téléchargement(s)


Afficher/Cacher les commentaires  Commentaires

La nébuleuse du Cœur (IC1805), une nébuleuse en émission

Équipement utilisé :

Images et détails sur mon Site webInstagram et astrobin

Filtre(s). Il est à noter que les filtres, en astronomie/astrophotographie, accentuent le contraste des objets célestes sans toutefois éliminer la pollution lumineuse. Voici les filtres que j’utilise, et qui sont insérés à l’intérieur d’une roue à filtre électronique ZWO :

  • Optolong L-Extreme Duo-Band 7nm. Ici, Duo-Band signifie que le filtre laisse uniquement passer deux bandes étroites qui sont les rayons Ha (Hydrogène Alpha) et les rayons Oiii (Oxygène 3). Ces deux types de rayons sont présents en grande partie dans l’Univers, et ce filtre permet de les capter dans le spectre de raie au niveau de 7nm.
  • Optolong SII 6.5nm. Au lieu d’être Duo-Band, ce filtre ne prend que les rayons Sii (Sulfure 2), qui sont beaucoup moins présents dans l’Univers. Le spectre de raie, quant à lui, se joue au niveau de 6.5nm.

Prétraitement/traitement des images :

La première partie du traitement est le stacking. En bref, on empile les quelques heures d’images qu’on a prises. J’utilise le logiciel AstroPixelProcessor d’Aries Production, qui est dédié pour le stacking en astrophotographie. Pour stacker les images, on doit suivre 6 étapes :

  1. Choix du « bayer » de l'appareil photo qui est, pour mon appareil, RGGB. Finalement, on choisit le type d’algorithme de normalisation. Moi, j’extrais toujours les couches Ha et Oiii (puisque j’utilise le filtre Optolong L-Extreme Duo-Band), donc je choisis « extract Ha ».
  2. Chargement des images, qui sont en formats « .fits ».
  3. Calibrage des images avec les autres types d’images (flats, darks).
  4. Analyse des étoiles, pour savoir si le focus a grandement changé ou non. Cela n’est utile que si on veut enlever des images à cause d’un mauvais focus. Dans mon cas, je le fais.
  5. Registration qui permet d’aligner les étoiles de l’objet pris.
  6. Intégration (aussi synonyme de stacking).

La deuxième partie du traitement consiste à traiter le fichier du stacking. Pour ma part, étant donné que j’extrais le Ha et le Oiii, j’ai 2 images « stackées ». J’ai aussi une autre image « stackée » venant du filtre Sii. Donc, j’insère ces fichiers dans PixInsight. Voici les étapes à suivre pour traiter une image en palette Hubble (SHO) :

  1. Je « crop » les 3 images de la même manière.
  2. Je « rotate » les 3 images selon ce qui a la plus belle apparence
  3. Je fais un ABE ou DBE selon la cible. Cela signifie que j’extrais le background, donc les impuretés (comme la pollution lumineuse) de chacune des 3 images. Pour ce faire, je place des points qu’on appelle des « samples », je mets le rayon de ces samples à 15 et j’en mets 20 par ligne. Il ne faut pas avoir de samples sur de la nébulosité ou de grosses étoiles, sinon on les extrait.
  4. Je fais une duplication de l’image Ha. Elle me sert plus loin dans le processing.
  5. Je « stretch » chacune des images avec l’histogramme. Je m’assure de ne pas avoir un background trop noir, car cela signifierait que je perds des détails au niveau de la nébulosité.
  6. Maintenant que les images ne sont plus linéaires (elles sont « stretchées »), je combine les images (qui sont en gray-scale) comme suit : Rouge – Sii , Vert – Ha, Bleu – Oiii. Cela donne une image en couleur, avec une palette de couleur qu’on appelle Hubble (en l’honneur du télescope spatial Hubble).
  7. J’enlève un peu de vert de l’image avec un outil qu’on appelle SCNR. En gros, tous les pixels verts qui sont en trop grandes quantités seront enlevés pour que ce soit plus esthétique.
  8. J’enlève toutes les étoiles avec un outil qui s’appelle StarNet++.
  9. Je travaille maintenant sur les couleurs de la nébulosité avec les courbes d’ajustement. J’essaie d’avoir le meilleur rendu pour cette palette Hubble.
  10. Une fois que les couleurs me plaisent, j’utilise l’outil PixelMath pour réinsérer les étoiles selon ce facteur : image + stars*0.9. Pourquoi je multiplie les étoiles par 0.9? Tout simplement parce que, sinon, les étoiles seraient un peu trop saturées.
  11. Maintenant, j’utilise la duplication (étape 4) de l’image Ha.
  12. Je fais de la déconvolution qui aide à améliorer la qualité de l’image et à « sharpener » l’image en général. Surtout sur les zones les plus belles de l’image. Pour ce faire, il faut faire un masque des étoiles, un masque du background, un PSF (une moyenne de toutes les étoiles). Je fais normalement 50 itérations et ça donne de beaux résultats.
  13. Je fais une réduction du bruit avec l’outil MLT (Multi-scale linear transform) en utilisant 5 layers, et en baissant la quantité de bruit enlevé à chacune des layers. La première – plus de réduction de bruit ; la dernière – moins de réduction de bruit. Toutefois, avant même de lancer la réduction de bruit, j’utilise un masque linéaire (car l’image n’est pas stretchée encore). Ce masque permet de ne pas faire de réduction de bruit sur les parties de la nébuleuse, mais plutôt d’en faire sur le background.
  14. Je fais un HDR Multiscale Transform. Cela permet de répartir la lumière/luminosité uniformément sur des zones spécifiques de l’image. Pour ce faire, il faut des masques encore une fois.
  15. Maintenant, je reviens à l’image combinée (SHO)
  16. J’utilise l’outil de convolution. Cela permet de flouer l’image un tout petit peu, pour que la prochaine étape soit beaucoup mieux appliquée.
  17. J’utilise une fois de plus l’outil LRGB combination. J’insère l’image Ha dupliquée comme Luminance et je l’applique à l’image. Il se peut que l’image devienne un peu trop saturée. C’est pourquoi je diminue la saturation (de 0.50 à 0.48) et j’augmente l’option « lightless » à 0.51.
  18. L’image est terminée. On peut toujours faire plus de choses. Par exemple, on pourrait refaire du HDR sur l’image finale ou même faire une autre réduction de bruit. Toutefois, généralement, l’image est formidable et rien n’

    Localisation : Rue Saint-Paul, Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
    Date : 2022
    Auteur : Anthony Brunet-Bessette Visionner sa collection
    Catégorie : Divers
    Numéro : 131624

    Afficher les mots-clés  Mots-clés Afficher les mots-clés  ALBUMS CONTENANT CE MÉDIA Afficher/Cacher les informations techniques  Informations techniques