Le monde en images

Compréhension des nombres (2)


Chargement du vidéo
Voter pour ce média
Soyez la première personne à voter pour ce média

72 consultation(s)0 téléchargement(s)


Afficher/Cacher les commentaires  Commentaires

Compréhension des nombres (2)

Des recherches montrent que les bébés possèdent deux systèmes d'évaluation des quantités, et ce, bien avant l'utilisation de symboles pour représenter les nombres (Fayol, 2018). Un de ces systèmes permet de différencier deux ensembles comprenant des nombres différents d'éléments (Siegler, 2010; Fayol, 2018), ce qui correspond au principe de cardinalité (lequel sera défini un peu plus loin). Cependant, cette capacité ne s'exprime que pour des ensembles de quatre éléments ou moins. On parle alors du principe de subitising (Siegler, 2010; Fayol, 2018).

Les rapports entre ce système précoce et la compréhension ultérieure des nombres est complexe. Bien qu'il soit possible qu'il contribue à cette compréhension, il s'agit tout de même d'un processus différent du comptage et du dénombrement d'éléments qui se produiront avec des enfants plus âgés (Fayol, 2018).

Généralement, vers 3 ou 4 ans, les enfants peuvent commencer à distinguer des ensembles pouvant compter plus de quatre éléments. Ils n'utilisent alors plus le subitising, mais comptent plutôt les éléments des ensembles (Siegler, 2010). Ils semblent alors comprendre le principe de cardinalité, c'est-à-dire que « le dernier nombre énoncé représente le total des éléments comptés » (Papalia, 2018). Par exemple, si un enfant compte les éléments dans un ensemble et arrive à sept, il comprend qu'il y a au total sept éléments dans cet ensemble. Les enfants indiquent d'ailleurs cette compréhension en plaçant l'accent tonique sur le dernier nombre (Siegler, 2010).

Pour plus de détails sur le développement des mathématiques, consultez le texte théorique Développement des mathématiques.

Dans cette vidéo, Danielle, 5 ans, doit dire combien d'objets sont représentés sur des cartes.

Elle réussit facilement à répondre pour toutes les cartes qui lui sont présentées, qu'elles contiennent deux, sept, cinq ou quatre objets. Il est difficile de savoir de façon certaine la stratégie utilisée par Danielle pour répondre. Il est possible qu'elle fasse seulement une reconnaissance perceptive : elle reconnaitrait la disposition des objets et l'associerait automatiquement au chiffre correspondant. Il s'agirait alors d'un phénomène semblable à celui du subitising, observé chez les enfants plus jeunes.

Cependant, il s'avère plus probable qu'elle dénombre les objets en récitant mentalement ou à voix basse la chaine numérique. Ceci expliquerait pourquoi la carte contenant le plus d'objets (sept) soit celle qui lui prend le plus de temps. Elle comprendrait alors le principe de cardinalité : le dernier chiffre nommé correspond au nombre total d'éléments.

Les cartes utilisées dans cette vidéo sont Nombres, formes et couleurs, collection Premiers Apprentissages, Éditions Caractère (2011).

Références

Fayol, M. (2018). L'acquisition du nombre. (3e éd.). Paris, France : Presses universitaires de France, collection « Que sais-je ».

Papalia, D.E. et Martorell, G. (2018). Psychologie du développement de l'enfant (9e éd.). Montréal, Québec : Chenelière Éducation.

Siegler, R. S. (2010). Enfant et raisonnement - Le développement cognitif de l'enfant (2e éd.). Bruxelles, Belgique : De Boeck Supérieur.


Localisation : Montréal, Québec, Canada
Date : 2021
Auteur : Nathalie Fréchette, Paul Morrissette
Visionner sa collection
Ayant droit : CCDMD
Catégorie : Pédagogie
Numéro : 127816

Afficher les mots-clés  Mots-clés Afficher les mots-clés  ALBUM CONTENANT CE MÉDIA Afficher/Cacher les informations techniques  Informations techniques