Le monde en images

Aquaculture


Voter pour ce média
Soyez la première personne à voter pour ce média

687 consultation(s)2 téléchargement(s)


Afficher/Cacher les commentaires  Commentaires

Aquaculture

L’aquaculture est parfois présentée comme une solution d’avenir à la crise de la pêche : épuisement des stocks par overfishing en mer du Nord et golfe de Gascogne, nouveau droit de la mer limitant l’accès aux ressources, importations croissantes de certaines espèces appréciées par les consommateurs français (saumons, soles, crevettes…). L’aquaculture vise à élever quelques espèces de poissons soigneusement sélectionnés (saumons, bars, turbots…) et peut présenter plusieurs visages :

  • assurer la reproduction de poissons puis les rejeter à la mer pour reconstituer les
    stocks;
  • contrôler le cycle total de la vie, de l’œuf à la taille commerciale (comme pour l’élevage);
  • favoriser le grossissement en apportant un complément de nourriture dans le milieu marin.

Depuis longtemps, le Japon pratique la troisième méthode et chaque année produit 800 000 tonnes de produits d’aquaculture.

La France, depuis 1969, s’est engagée dans la deuxième voie (sans négliger la première), souhaitant maîtriser toutes les étapes de la vie du poisson : frai, écloserie, grossissement. Le C.N.E.X.O. (Centre national pour l’exploitation des océans), l’I.S.T.P.M. (Institut scientifique des techniques de pêche maritime) et l’I.N.R.A. (Institut national de la recherche agronomique) sont engagés dans des recherches relatives au bar, au turbot et aux crevettes, dont les importations grèvent lourdement notre balance commerciale. Des fermes marines expérimentales ont vu le jour comme la ferme aquacole du Jaudy dans les Côtes-du-Nord, qui assure le grossissement de saumons (environ 500 tonnes).

Sur la côte charentaise, l’aquaculture doit contribuer à réutiliser les anciens marais salants comme ici à Loix dans l’île de Ré. Dans cette ferme aquacole, on procède au grossissement d’huîtres et de palourdes. Les techniques sont correctement maîtrisées et, dans les bacs dont l’eau est régulièrement renouvelée, les petites palourdes grossissent avant d’être expédiées pour assurer le repeuplement des fonds côtiers du Royaume-Uni.


Localisation : Loix, île de Ré, France
Voir sur la carte
Date : 1982
Auteur : Monique Flonneau Visionner sa collection
Ayant droit : Département de géographie de l'Université Laval
Catégorie : Divers
Numéro : 80819

Afficher les mots-clés  Mots-clés Afficher les mots-clés  ALBUMS CONTENANT CE MÉDIA Afficher/Cacher les informations techniques  Informations techniques