Le monde en images

Manifestation syndicale - place de ...


(Auteur: Jean Besson )
Voter pour ce média
Soyez la première personne à voter pour ce média

789 consultation(s)0 téléchargement(s)


Afficher/Cacher les commentaires  Commentaires

Manifestation syndicale - place de Venise

La place de Venise est le centre de la Rome moderne. Elle est dominée par le monument en style antique élevé à la fin du XIXe siècle en l’honneur de Victor Emmanuel II, qui réalisa l’unité italienne entre 1859 et 1870; c’est dans ce monument que se trouve la tombe du soldat inconnu italien. Irrévérencieusement les Romains surnomment ce monument colossal « la machine à écrire ». Le palais que l’on aperçoit à gauche est un pastiche moderne.

Une foule de manifestants avec drapeaux rouges et tricolores occupe toute le centre du document. Il s’agit d’un rassemblement d’employés communaux demandant une place mieux adaptée dans la société. La banderole nous apprend qu’il s’agit d’une manifestation unitaire puisque les trois grandes centrales ouvrières y sont représentées : CGIL (à dominante communiste et socialiste), CISL (d'inspiration catholique) et UIL (groupant des socialistes, des sociaux-démocrates et des républicains). 

À la Libération, le mouvement syndical italien fut un moment unifié, mais les débuts de la « Guerre froide » provoquèrent son éclatement entre trois confédérations qui, pendant des années, parurent de simples « courroies de transmission » pour les grands partis politiques. Après l'euphorie du « miracle économique », un réveil de la base syndicale se produisit, qui culmina dans « l’Automne chaud » de 1969 que les Italiens appellent aussi le « Mai rampant » : les centrales se ressaisirent et assumèrent le mouvement qui contestait l'organisation du travail et les rapports hiérarchiques autant qu’il revendiquait pour les salaires. Les trois confédérations distendirent leurs liens avec les partis politiques, pratiquèrent une large unité d’action et engagèrent même un processus de réunification qui semble bloqué. 

En tout cas, depuis la fin des années 60, le mouvement syndical a pris en Italie une place d’autant plus considérable que les partis politiques ont bien souvent paru impuissants, et plus qu’eux encore les organes réguliers de l’État.


Localisation : Rome, Italie
Voir sur la carte
Date : 1977
Auteur : Jean Besson Visionner sa collection
Ayant droit : Département de géographie de l'Université Laval
Catégorie : Événement
Numéro : 79843

Afficher les mots-clés  Mots-clés Afficher les mots-clés  ALBUMS CONTENANT CE MÉDIA Afficher/Cacher les informations techniques  Informations techniques