Le monde en images

Stimulation sensorielle et motrice ...


Chargement du vidéo
Voter pour ce média
Soyez la première personne à voter pour ce média

13574 consultation(s)165 téléchargement(s)


Afficher/Cacher les commentaires  Commentaires

Stimulation sensorielle et motrice d'une enfant trisomique : Florence dans la salle Snoezelen

La trisomie 21 est un état qui s'explique par une anomalie génétique. Les humains possèdent habituellement 23 paires de chromosomes. Chez les personnes atteintes de trisomie 21, on observe la présence d'un troisième chromosome sur la 21e paire (Lejeune-Phélipot, 2003).

Il s’agit de l’anomalie chromosomique la plus fréquente au Québec. Cette différence dans le bagage génétique affecte de façon majeure les individus, car les chromosomes contiennent les gènes et ceux-ci déterminent de façon importante le développement (Papalia et Martorell, 2018).

Parmi les aspects du développement fréquemment affectés par la trisomie, on trouve entre autres des retards cognitifs, perceptifs, du langage et moteurs (Cuilleret, 2007). Le présent site ne traitera pas en détail de toutes les particularités développementales des enfants trisomiques, mais seulement de quelques aspects. Les développements moteurs, cognitifs et langagiers seront abordés.

Il faut noter que comme tous les autres enfants, les enfants trisomiques affichent entre eux des différences importantes (Cloutier, Gosselin et Tap, 2005; Lejeune-Phélipot, 2003). Les comportements présentés ici le sont donc à titre d'exemples.

Enfin, les vidéos mettront l'accent sur la façon d'aider les enfants trisomiques à développer leur potentiel au maximum plutôt que sur leurs limitations. En effet, les recherches montrent qu'une stimulation précoce permet d'améliorer la performance des enfants trisomiques dans plusieurs aspects de leur développement (Cloutier, Gosselin et Tap, 2005; Cuilleret, 2007; Lejeune-Phélipot, 2003).

Un des domaines où les enfants trisomiques éprouvent des difficultés est le développement moteur. Ils présentent entre autres une tendance à l'hypotonie, c'est-à-dire à un relâchement musculaire (Piek, 2006). Ceci affecte plusieurs habiletés, dont la posture, la locomotion, la préhension de même que leur capacité à articuler, car les muscles du visage sont aussi relâchés (Cuilleret, 2007). Il est donc important de les amener à pratiquer certains mouvements pour augmenter leur tonus musculaire.

De plus, les enfants trisomiques sont hyposensibles. En d'autres mots, ils réagissent moins aux stimulations sensorielles (Cuilleret, 2007). Par exemple, ils ont moins tendance à se plaindre en cas de chute. Leur temps de réaction aux stimulations est aussi plus long (Lejeune-Phélipot, 2003). Par conséquent, il est utile de leur fournir des activités sensorimotrices qui leur permettent de développer une sensibilité à leur propre corps et à l'environnement (Lejeune-Phélipot, 2003). 

Dans cette vidéo, on peut voir l'éducatrice spécialisée de Florence, âgée de 4 ans, qui explique le principe de la salle Snoezelen. Il s’agit de salles destinées à favoriser la stimulation sensorielle.

Par la suite, on voit Florence dans cette salle de stimulation. Elle est conçue pour éveiller au maximum les différents sens, stimuler la personne qui s'y trouve et l'amener à être active.

Selon l'éducatrice spécialisée qui accompagne Florence, une première période passée dans cette salle permet à celle-ci d'être plus éveillée pour les activités qui suivent. On peut remarquer que des effets de lumière et des jeux d'eau sont utilisés et que Florence elle-même peut provoquer certains de ces spectacles par ses manipulations. Florence peut aussi manipuler divers objets, dont des fils lumineux.

Pendant toute la période passée dans cette salle, Florence est plutôt libre de faire ce qu'elle veut, mais son éducatrice est présente et la stimule, en particulier en nommant les objets et les activités.

Vers la fin, l'éducatrice frotte les fils lumineux sur les bras et les mains de Florence. Celle-ci peut donc prendre conscience de la stimulation de sa peau. À cette occasion, Florence démontre aussi qu'elle comprend le mot «main», puisqu'elle obéit à la demande de son éducatrice de frotter les fils à cet endroit.

Références

Cloutier, R., Gosselin, P. et Tap, P. (2005). Psychologie de l'enfant (2e éd.). Montréal, Québec : Gaëtan Morin éditeur-Chenelière éducation. 

Cuilleret, M. (2007). Trisomie et handicaps génétiques associés : potentialités, compétences, devenir (5e éd.). Issy-les-Moulineaux, France : Elsevier-Masson. 

Juhel, J.-C. (1997). La déficience intellectuelle : connaître, comprendre, intervenir. Sainte-Foy, Québec : Presses de l'Université Laval.

Lejeune-Phélipot, F. (2003). Comment vivre avec un enfant trisomique. Paris, France : Josette Lyon.

Papalia, D.E. et Martorell, G. (2018). Psychologie du développement de l’enfant (9e éd.). Montréal, Québec : Chenelière Éducation.

Piek, J.P. (2006).  Infant motor development. Champaign, IL :  Human Kinetics.


Localisation : Montréal
Voir sur la carte
Auteur : Nathalie Fréchette, Paul Morissette
Visionner sa collection
Ayant droit : CCDMD
Catégorie : Pédagogie
Numéro : 62007

Afficher les mots-clés  Mots-clés Afficher les mots-clés  ALBUM CONTENANT CE MÉDIA Afficher/Cacher les informations techniques  Informations techniques