Le monde en images

Le père et sa fille


Voter pour ce média
24 votes

505 consultation(s)10 téléchargement(s)


Afficher/Cacher les commentaires  Commentaires

Le père et sa fille

Je revenais d’une visite à la ferme familiale (de la famille de ma belle-mère), à La Pocatière. Mon père était au volant, j’étais assis à sa droite. Avant de quitter Kamouraska, nous avons décidé de nous arrêter dans un parc près du fleuve. Appareil photo à la main, j’ai commencé à photographier le paysage. Et quel paysage! Plus les minutes passaient, plus le ciel se couvrait, et plus j’étais heureux. Ces délicieux nuages ont commencé à nourrir ma créativité. Je me suis mis à réfléchir. Je voulais isoler et mettre en valeur un sujet d’une façon dramatique.

C’est à ce moment que j’ai vu un père jouer avec sa fille au loin. J’ai pris quelques clichés rapides afin de voir si le cadrage était bon : il ne l’était pas. Puis j’ai remarqué une petite flaque d’eau à mes pieds. J’ai levé les yeux. Le père était en train de prendre sa fille pour s’en aller. Bingo, je me suis lancé au sol, sous le regard intrigué de mon père qui riait un peu de moi, et j’ai pris cette photo.

En la voyant, j’ai su qu’elle était spéciale : le ciel magnifique, le reflet de ce ciel aux pieds du père, la fillette qui tient son toutou, le père qui la tient, elle… une photo représentant l’amour paternel.

En plus, le reflet du ciel donne une sorte de surréalisme paradisiaque à l'ensemble. Comme si le père marchait sur des nuages.

La photo a été prise avec une Nikon d5300 et une pancake Lens 50 mm des années 1980. La lentille étant à « focus » manuel, la mise au point n’était pas parfaite pour ce cliché. D’habitude, je n’hésite pas à ignorer les photos qui ne sont pas nettes. En fait, l'une de ma série était très nette, mais je préfère une photo puissante à une photo parfaitement mise au point. Or, celle-ci est la plus puissante.

En fait, selon moi, cette mise au point légèrement « off » rend la photo encore plus forte : il est impossible de reconnaître l’homme. De la même manière que l’identité de la petite fille n’importe pas. L’absence d’identité du père fait de lui un symbole. Il devient un symbole d’amour paternel et non simplement un individu.

(Il en est de même de la fillette, puisqu’elle est de dos.)

*Souvent, les photographes s’échinent sur des photos exceptionnelles et les sacrifient parce qu’elles ne sont pas parfaitement sharp. Mon désaccord avec cette quête d’une perfection photographique robotique est justement l’une des choses qui me pousse à utiliser une lentille manuelle. Ainsi, il est plus difficile d’obtenir un cliché parfait et il est impossible de juste mitrailler des centaines de photos sans réfléchir. C’est ce qui rend les images exceptionnelles prises avec ces lentilles tellement plus belles à mes yeux. Car elles sont vraies. L’artiste y est réellement plus impliqué.

L'ouverture est non spécifiée, car elle n'est pas dans les métadonnées. Elle se gère manuellement à même la lentille et j'ai oublié ces infos.


Localisation : La Pocatière, Québec, Canada
Voir sur la carte
Date : 2019
Auteur : Leonardo De Coninck Visionner sa collection
Catégorie : Société
Numéro : 122447

Afficher les mots-clés  Mots-clés Afficher les mots-clés  ALBUMS CONTENANT CE MÉDIA Afficher/Cacher les informations techniques  Informations techniques