Le monde en images

Compréhension de la dissimulation des ...


Chargement du vidéo
Voter pour ce média
Soyez la première personne à voter pour ce média

369 consultation(s)1 téléchargement(s)


Afficher/Cacher les commentaires  Commentaires

Compréhension de la dissimulation des émotions chez une enfant de 6 ans

Ce qu'on appelle la théorie de l'esprit (theory of mind, en anglais) concerne la capacité des enfants à comprendre leur propre fonctionnement mental ou celui des autres. En d'autres mots, comment les enfants en viennent à comprendre que les états mentaux, comme les croyances, désirs, intentions, émotions ou connaissances, déterminent les comportements humains (Houdé, 2013).

Ceci inclut de la part des enfants de comprendre qu'une personne peut exprimer une émotion alors qu'en réalité elle en ressent une autre. Une façon d'évaluer cet aspect de la théorie de l'esprit consiste à raconter aux enfants de courtes histoires dans lesquelles un personnage est susceptible de ne pas vouloir montrer ses véritables sentiments. Par exemple, on explique qu'un enfant reçoit pour son anniversaire un cadeau qui ne lui plait pas, de la part d'un adulte qu'il connait. On demande ensuite aux enfants quelle expression l'enfant afficherait en recevant le cadeau et quelle émotion il ressentirait vraiment (voir Misailidi, 2006 pour la procédure, telle que rapportée dans Coutu, Bouchard, Émard, et Cantin, 2012).

Dans cette situation, les enfants de 5-6 ans répondent plus souvent que ceux de 4 ans que l'émotion exprimée en serait une de façade ou de politesse, différente de celle vraiment ressentie par l'enfant (Coutu et al., 2012). De même, Perron et Gosselin (2007) ont constaté que de l'âge de 5-6 à 9-10 ans, cette distinction s'améliore chez les enfants et que leurs explications de l'idée de dissimulation deviennent plus justes et plus complexes.

Le développement de cet aspect de la théorie de l'esprit serait donc plus tardif que d'autres aspects décrits ailleurs sur le présent site. Cependant, certains auteurs ont obtenu une compréhension plus précoce de la distinction entre émotions exprimées et émotions ressenties en utilisant des réponses non verbales des enfants (tel que rapporté dans Perron et Gosselin, 2007). Il existerait donc un début de compréhension durant la période préscolaire, mais la compréhension verbale explicite serait plus tardive.

Il est à noter que, dans les recherches décrites plus haut, la procédure est légèrement différente de celle utilisée dans les vidéos de ce site. En effet, nous avons demandé aux enfants quelles seraient leurs émotions et expression d'émotions, alors que dans la plupart des recherches les questions portent sur les émotions et expression d'émotions d'un personnage. Ceci peut avoir contribué à rendre notre situation plus facile pour les enfants. Leurs réponses ressemblent néanmoins beaucoup à ce qui a été obtenu dans les recherches citées plus haut.

Certains auteurs considèrent que comprendre les émotions chez soi et chez les autres est un élément important de la compétence socioémotionnelle (Coutu et al., 2012).

Pour terminer, les enfants sont meilleurs pour comprendre qu'une émotion est feinte si elle est produite dans un but acceptable (dans la procédure décrite plus haut, pour ne pas décevoir une autre personne qui donne un cadeau), que si elle est produite dans l'intérêt personnel de la personne qui dissimule son émotion réelle (Coutu et al., 2012). Voir aussi sur le présent site le texte théorique : Théorie de l'esprit : Compréhension des processus mentaux, de sa pensée et de celle des autres.

Dans cette vidéo, Lola, 6 ans, dit clairement qu'elle afficherait un air triste en recevant un cadeau qui lui déplait. Par contre, elle montrerait un air fâché une fois seule avec ses parents. Elle explique le changement d'expression par le fait qu'elle ne voudrait pas présenter un air fâché pendant une fête, et particulièrement à la personne qui a donné le cadeau. Le principe d'une émotion de façade est bien compris et clairement exprimé. 

Références

Coutu, S., Bouchard, C., Émard, M.-J. et Cantin, G. (2012). Le développement des compétences socioémotionnelles chez l’enfant. Dans J.-P. Lemelin, M. Provost, G. M. Tarabulsy, A. Plamondon et C. Dufresne (dir.), Développement social et émotionnel chez l’enfant et l’adolescent, les bases du développement (p. 137-183). Québec, Québec : Les Presses de l’Université du Québec.

Houdé, O. (2013). La psychologie de l’enfant (6éd.). Paris, France : PUF.

Perron, M. et Gosselin, P. (2007). Compréhension de la dissimulation des émotions chez l’enfant d’âge scolaire, Enfance59(2), 109-126.


Localisation : Montréal, Québec, Canada
Date : 2018
Auteur : Nathalie Fréchette, Paul Morrissette
Visionner sa collection
Ayant droit : CCDMD
Catégorie : Pédagogie
Numéro : 114274

Afficher les mots-clés  Mots-clés Afficher les mots-clés  ALBUMS CONTENANT CE MÉDIA Afficher/Cacher les informations techniques  Informations techniques